Lettre aux paroissiens des Jalles

Et si nous avions aujourd'hui un nouveau défi à relever ?  

Le 4 mai 2018, l'Equipe pour le Renouveau Pastoral a écrit une lettre à l'ensemble des paroissiens du secteur des Jalles

           Et si… Un chemin de foi est parsemé de « et si ».

            Notre secteur pastoral des Jalles avec l’aide de ses pasteurs a souvent relevé le défi de ces « et si… ». Défis de tous ordres : humain comme le changement de prêtre, communautaire comme la réalisation d’un secteur pastoral à 4 paroisses, matériel comme la construction d’un nouveau centre paroissial ou l’installation d’une nouvelle sono ! Tous ces « et si » ont rendu notre chemin de foi moins linéaire, parfois plus incertain, mais une fois l’épreuve dépassée, le chemin a toujours été plus beau et la marche plus sûre.

             Et si nous avions aujourd’hui un nouveau défi à relever, un défi qui supposerait de la part de chacun de nous une profonde conversion ? Avec notre curé, nous en avons l’intuition. Nous : le groupe des paroissiens conviés à l’accompagner à Dax les 17 et 18 mars pour le dernier week-end de la formation "Des pasteurs selon mon cœur", proposée par TalenThéo et l’Association Alpha.

            Lors de ce week-end, avec plus de 750 autres prêtres et paroissiens, nous avons travaillé dans une ambiance joyeuse. Un des défis de l’Eglise de notre temps nous est apparu : le défi de l’Evangélisation. Prendre cette direction, c’est  mettre notre secteur sur le chemin d’une conversion pastorale missionnaire.

            A travers les ateliers guidés par les formateurs de TalenThéo, nous avons dessiné au sens propre comme au sens figuré notre secteur, ses paroisses et sa vie d’Eglise. Nos échanges ont porté sur nos pratiques, notre avenir s’est alors profilé avec en ligne de mire le défi essentiel à relever : porter à d’autres la joie de l’Évangile.

            Depuis ce week-end à Dax, notre conviction se renforce : il faut développer de nouvelles propositions vers celles et ceux qui sont « loin » de l’Église ou qui se considèrent « en dehors », celles et ceux qui se tiennent sur le seuil mais qui n'osent pas entrer. Ainsi certains avouent ne pas oser venir à la messe simplement parce qu'ils ne connaissent ni les réponses, ni les gestes de la liturgie... Nous nous devons de leur ouvrir nos assemblées plus largement afin de les accueillir et les conduire plus près du cœur de notre foi. Cette mission exige une conversion : conversion personnelle de chacun de nous et conversion collective de nos communautés ; là est le défi qui se présente à nous.

La société a profondément changé, notre pays n'est plus majoritairement chrétien. Mais loin de nous lamenter devant ce constat, nous pouvons regarder cet état de fait comme une chance : une chance pour retrouver le souffle missionnaire des premières communautés chrétiennes ! Autrefois une paroisse pouvait se contenter de répondre aux demandes de ses paroissiens par les services classiques qu'elle proposait. Plutôt que s’en tenir modèle du passé, il nous faut imaginer une nouvelle pastorale. Il s'agit de quitter une "pastorale de la conservation", qui se contente de répondre aux demandes de services, pour imaginer une "pastorale de la mission" qui propose des parcours, des mises en route sur le chemin de l'Évangile. 

            Un autre constat nous est apparu : lorsqu'une paroisse est trop centrée sur elle-même, elle se fatigue et s'use vite. C'est en sortant vers les périphéries afin de communiquer la foi en Jésus Christ que nous sommes le plus fidèle à notre mission et que nous trouvons un nouveau souffle. L’Église n’est pas faite pour elle-même, mais bien pour les autres ! Si l'on fait le compte de tous les parents demandant un baptême pour leur enfant, les parents des enfants de l'éveil à la foi, du catéchisme, de l'aumônerie, des scouts, un champ missionnaire impressionnant se dessine. Des centaines de familles s'adressent à notre paroisse pour un service mais restent sur le seuil sans prendre le chemin de l’Évangile. Notre champ missionnaire est d'abord là et il est immense !

Autant de réflexions qui nous ont accompagnés durant notre week-end à Dax. Forts de cette expérience collective, nous voulons, nous devons vous partager, vous transmettre ce nouvel élan afin de continuer d’avancer tous ensemble sur ce chemin de foi. C’est la prochaine étape que nous nous sommes fixée : que le plus grand nombre d’entre vous se sente partie prenante de ce changement et de ce renouveau !

Pour cela nous vous donnons trois rendez-vous :

  1. Du 18 au 20 mai tout d’abord pour Missio 2018 : clôture de notre Synode Diocésain et la publication par notre évêque du texte final, feuille de route des années à venir pour notre diocèse.
  2. Le 1er juillet 2018, à l’occasion de notre fête de fin d’année pastorale, nous remettrons tous notre tablier et recevrons celui des 3 années à venir. Chacun de nous acceptera alors cet appel au changement, cette nouveauté, ce « et si » qui se présente sur notre route. Ce sera le premier signe de notre conversion.
  3. Enfin, le 22 septembre, dans la dynamique de notre travail de Dax mais cette fois-ci sur notre secteur des Jalles, lors d’une journée de réflexion, de prière, de partage et de fraternité, nous nous mettrons ensemble dans cette dynamique d’ouverture et d’avenir pour construire notre projet pastoral pour les années à venir.

            L’ambitieux et exaltant défi qui nous est proposé répond à l’évolution de la société contemporaine et fait écho à notre synode diocésain « Disciples - missionnaires ». L’ouverture de notre Eglise à l’Autre est un véritable challenge car il en va de notre vitalité au sens premier du terme, de notre capacité à être Prophète. Comment passer d’une pastorale de conservation à une pastorale de la mission ?

            Nous vous invitons, lors de rencontres à venir à construire ensemble notre mission, à dire ensemble un puissant et lumineux « et si….. »

 

L’Équipe du Renouveau Pastoral, le 4 mai 2018

 

Françoise BAUDRY, Agnès BIHERY, Grégoire CHAMBON, Eloi DESRIPPES, Arnaud FERRARIS, Nathalie Anne FERRARIS, Michel GANGLOFF, Valérie KOCIEMBA, Anne LALANDE, Pierre Alain LEJEUNE, Geneviève de LUZAN, Philippe de LUZAN, Marie Laure MOREL, Isabelle PATIN, Bernard PATIN, Laurence PERET, Martine PIGACHE, Cécile du RANQUET, Didier TALAZAC, Augustin TAMDRARI, Bertrand VOISIN, Catherine VOISIN.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+