377 - L'Avent ou la nuit traversée

C'est en traversant la nuit que l'on va vers le jour

Edito du 9 décembre 2018

     Pour nous chrétiens, l'année commence avec le temps de l'Avent, c'est à dire à peu près un mois avant le 1er janvier. L'année commence par ce temps d'attente, de veille, de nuit… En décembre, les jours continuent de décliner, nous nous enfonçons dans l'hiver froid et ténébreux. La couleur de l'Avent c'est le violet, couleur de la nuit, couleur obscure en attente de lumière. 

     Commencer l’année par la nuit et l'obscurité, c'est étrange non ? Pourtant, dans la Bible, il en va toujours ainsi ; pour l'homme biblique, le jour commence le soir et non pas le matin. Souvenez-vous du récit de la création dans le livre de la Genèse : « Il y eut un soir, il y eut un matin, ce fut le premier jour ». Le soir avant le matin… Depuis, l’Église a toujours conservé cette tradition dans sa liturgie : chaque jour commence la veille au soir, au moment du coucher du soleil, par l'office des vêpres. N'aviez-vous jamais remarqué que, dans l’Église, nous commençons toujours à fêter un événement la veille au soir ? C'est que, dans la compréhension chrétienne du temps et de la vie, le jour commence par la nuit et non l'inverse.

     Dans la mentalité courante au contraire, le jour commence le matin pour finir le soir ; nous commençons par le jour pour finir par la nuit ; nous commençons par la lumière pour finir dans les ténèbres ; nous commençons par la vie pour finir dans la mort. C'est notre manière habituelle et inconsciente d’envisager la vie. Mais le Christ ressuscité a inversé cet ordre des choses. C’est en traversant la nuit que l’on va vers le jour. C’est en traversant la mort que l’on trouve la vie.

     Nous sommes en route vers la lumière de Noël et ce chemin nous fait traverser toutes nos ténèbres, toutes nos nuits. Dans cet itinéraire nocturne où Dieu nous invite à avancer, au cœur de la nuit mais dans l'espérance de l'aurore qui vient, chacun de nous peut confier à Dieu toutes ses nuits, tout ce qu'il a vécu de difficile au cours de cette année, les deuils, les déceptions, les ruptures, le péché. Chacun de nous peut s'approcher de Dieu avec cette espérance folle : c'est en me faisant traverser mes ténèbres que Dieu me conduit jusqu'à sa lumière 

 

P. Pierre Alain LEJEUNE

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+