395 - Le lieu de nos combats

Accepter le combat, c'est être déjà victorieux ! 

Edito du dimanche des Rameaux

     Chaque année lors de la fête des rameaux nous entendons la longue lecture de la passion de Jésus. Et chaque année, la semaine sainte nous fait parcourir à nouveau le grand mystère de notre foi : Jésus est mort par amour pour nous et il est ressuscité ! Il n'a pas reculé devant l'obstacle de la violence et de la mort. Et il est passé !

     La foi chrétienne a ceci de particulier : elle ne cherche jamais à éviter ce qu'il y a de dur et d'éprouvant dans la vie. Elle ne cherche pas à éluder les combats. La foi chrétienne n'a rien d'une vision un peu romantique et irréelle de la vie. Elle nous invite au contraire à ne pas détourner le regard des obstacles qui se présentent à nous. Non pas pour nous complaire dans une sorte de valorisation malsaine de la souffrance mais pour nous apprendre à traverser l'obstacle, à dépasser l'épreuve.

     Devant toute difficulté, la tendance naturelle des humains est de faire demi-tour, de contourner, d'esquiver… Mais refuser le combat, n'est-ce pas déjà avouer sa défaite ? Dans nos vies, ce combat peut se présenter sous des formes très diverses : une épreuve conjugale, la peur de vieillir, une difficulté relationnelle, un deuil, une maladie, ou encore un mauvais trait de caractère ou un péché dont je ne parviens pas à me défaire. Chaque fois que nous sommes placés devant « quelque chose qui résiste », nous pouvons soit esquiver, fuir, reporter sur l'autre la faute, rester dans le déni ; soit au contraire accepter le combat. Le combat contre qui, contre quoi ? Contre une part de nous-mêmes, contre ce qui résiste en nous. Car ce qui nous contrarie peut devenir le lieu de notre transformation.

     Au cours des multiples rencontres que je fais chaque semaine, je suis souvent impressionné par certaines personnes profondément transformées et souvent bonifiées à travers les combats intérieurs, parfois très rudes, qu'elles peuvent mener. J'y reconnais l'œuvre de Dieu au cœur de l'homme. L'Evangile est un chemin de transformation intérieure : il s'agit de se laisser façonner à l'image de Jésus Christ. Mais pour cela, il nous faut reconnaître et accepter les lieux de nos combats. 

     Au cours de cette semaine sainte, en nous mettant à l'école de Jésus Christ qui n'a pas reculé devant l'adversaire, je vous invite à reconnaître le lieu de votre combat, ce qui résiste en vous, la pierre d'achoppement. Et à l'affronter courageusement avec Jésus. Refuser le combat, c'est être déjà vaincu. L'accepter, c'est déjà être victorieux !

 

Pierre Alain LEJEUNE

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+