400 - Signe de reconnaissance

À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples :
si vous avez de l’amour les uns pour les autres."

Jn 13,35

Édito du 19 mai 2019

Un signe de reconnaissance permet de se sentir membre d'un groupe, d'être identifié à une collectivité, de manifester son appartenance à un club, à un pays. Drapeaux, bannières et autres logos : nous aimons les signes de reconnaissance. A ce propos, notre nouveau logo paroissial est une réussite!

Mais voilà que dans l’Évangile de ce dimanche, Jésus nous attribue un signe de reconnaissance d'une autre ampleur : « À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » Ce n'est donc pas d'abord un logo ou une bannière qui nous identifie comme disciples du Christ mais l'amour fraternel. Diantre ! En écoutant ces mots, nous pouvons être pris de vertige ...

Car nous savons très bien que face au commandement de l'amour, nous sommes souvent pris en défaut. Qui pourra prétendre être à la hauteur d'une telle bannière ? Il est vrai qu'aucune paroisse n'est parfaite et nous savons ce qu'il en est des querelles de clochers, des jalousies, des rancunes, de la médisance. Autant de contre témoignages. Autant d'attitudes qui portent atteinte à l'annonce de l’Évangile.

Car Jésus nous lance donc ce défi : « Vous prétendez être mes disciples ? Montrez-le en vous aimant ! ». Nulle part dans l’Évangile, il n’est écrit que ce sera facile. Nulle part, Jésus nous dit que nous ne rencontrerons aucune difficulté. Mais c'est dans la mesure où nous persévérons, en affrontant continuellement nos limites et nos fragilités, c’est dans cette persévérance que nous témoignons du Christ. Il suffit de regarder autour de nous : les paroisses qui portent du fruit, qui grandissent et qui rayonnent, ce sont les paroisses où se vit une vraie fraternité, une bienveillance, une attention envers chacun.

Dans nos paroisses des Jalles, de nombreuses propositions visent à favoriser une meilleure connaissance mutuelle et une attention envers chacun : les fraternités de quartier, l'apéro des clochers, l'équipe des migrants, le Service Évangélique des Malades et j'en passe...Ce sont des lieux où nous vivons modestement mais aussi très concrètement l'amour fraternel, avec ses joies et ses difficultés. Je suis souvent émerveillé de la qualité des relations que nous vivons, des efforts discrets de chacun. Cet amour fraternel doit rester une attention de chaque instant. Chacun de nous devrait sans cesse se demander comment il accueille celles et ceux de nos assemblées qui ne connaissent personne, comment il se soucie de tel d'entre nous qui est malade, quel temps il consacre à prier aussi pour ses frères et sœurs, etc...

Il en va de l'authenticité de notre témoignage. Si nous sommes disciples du Christ et si nous voulons témoigner de Lui, alors nous devons prendre au sérieux ces mots de Jésus : « À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+