455 - Communion reçue, communion portée

Plusieurs d’entre vous apportent la communion eucharistique à des personnes malades ou âgées qui ne peuvent pas se déplacer pour venir à la messe. On les appelle les « ministres extraordinaires de la communion ».  Tout baptisé peut se voir confier cette mission.

L'édito du 14 juin 2020

          Pendant ces longues semaines de confinement, un mot a occupé nos esprits : celui de « communion ». D’abord, la communion eucharistique : cette communion dont vous étiez privés et que nous partagions, prêtres et diacres, en votre nom, dans l’église vide. Ce jeûne imposé a conduit beaucoup d’entre vous à redécouvrir que l’homme ne vit pas seulement de pain.

          Mais il y a eu aussi cette autre communion, invisible, ce lien entre nous que nous appelons la « communion des saints », ce lien plus fort que la séparation physique. Bien sûr, la retransmission des messes et des offices sur internet a aidé à entretenir ce lien mais fondamentalement, cette communion ne dépend en rien de la technologie : c’est un don de Dieu.

 

          Ces deux communions – la communion eucharistique et la communion fraternelle – sont évidemment intimement liées. Chacune a besoin de l’autre pour être vécue pleinement en vérité. La communion eucharistique sans la communion fraternelle reviendrait à vivre de manière très individuelle - et donc bien peu évangélique - notre relation à Dieu. D’un autre côté, la communion fraternelle sans la communion eucharistique risquerait de devenir notre œuvre, fruit de nos seuls efforts humains et non plus le don de Dieu. Les deux sont intimement liées.

 

          Chaque semaine, plusieurs d’entre vous apportent la communion eucharistique à des personnes malades ou âgées qui ne peuvent pas se déplacer pour venir à la messe. On les appelle les « ministres extraordinaires de la communion ». Sur délégation du prêtre et au nom de la communauté de l’Église, ils portent l’hostie consacrée à une personne isolée. Tout baptisé peut se voir confier cette mission.

 

          Vous avez peut-être des voisins, des amis, des proches qui sont dans cette situation. Des personnes qui ont redécouvert leur communauté paroissiale grâce aux messes sur YouTube mais qui ne communient jamais. Il serait beau que ce temps de confinement nous ait aidés à redécouvrir notre mission de baptisé comme acteur de communion.

 

          Avec le Conseil Pastoral nous nous interrogeons sur l’opportunité de continuer à diffuser l’une des messes dominicales sur YouTube. Poursuivre cette retransmission pourrait avoir du sens à la condition que le lien soit réellement vécu à travers la communion eucharistique apportée : ainsi, nous pourrions être beaucoup plus nombreux à porter la communion le dimanche après-midi aux personnes qui, ne pouvant se déplacer, auront suivi la messe le matin sur internet.

 

          J’invite toutes les personnes qui seraient volontaires pour recevoir cette belle mission à se faire connaître par email ou téléphone. Avec le Service Évangélique des Malades, nous organisons un temps de rencontre et de formation sur ce sujet : le samedi 20 juin 11h à la Maison Paroissiale. Nous redécouvrons notre mission de baptisés lorsque nous devenons acteurs, autour de nous, de la communion que nous avons reçue. 

Père Pierre-Alain LEJEUNE

Crédit photo : Reuters/Tom Brenner

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+