467 - Se relever

C’est notre trésor commun et notre bien le plus précieux : le Seigneur nous a tirés de l’eau, il nous a relevés et nous fait vivre de sa vie.

L'édito du 6 septembre 2020

          Enfant, lorsque notre pas était encore mal assuré, il nous est arrivé de trébucher et de tomber sur le chemin où nous courions. Genoux écorchés, mains égratignées, larmes et cris. Le bisou d’une mère sur nos bobos d’enfant, des bras qui nous relèvent et nous encouragent. Se remettre debout. Sans attendre. « Ce n’est pas grave, c’est la vie qui rentre… ». 

          Les semaines que nous vivons ne sont pas sans ressemblance avec cette scène de l’enfance. Après la terrible crise sanitaire qui a stoppé brutalement notre vie sociale, professionnelle pour certains, paroissiale pour nous tous ; après une reprise de la vie au ralenti, entravée par des tristement nommés « gestes barrière » ; après un été en demi-teinte et de nombreuses fêtes familiales annulées, la grande tentation serait aujourd’hui de ne pas se relever, de rester au sol, par excès de prudence. Ou bien par peur. Ou simplement par lassitude. De baisser la voilure en se disant qu’après tout, nous pourrions moins vivre pour moins risquer ; ne plus faire de projets afin de ne pas devoir y renoncer à nouveau. La grande tentation est de cesser de marcher par peur de la chute.  

          Dans nos paroisses des Jalles, nous faisons de nombreux projets en cette rentrée mais cela n’a rien à voir avec un optimisme béat. Si nous faisons des projets, c’est parce que nous croyons que c’est le Seigneur qui marche à nos côtés, qui nous relève et qui nous porte. C’est d’ailleurs l’ultime raison pour laquelle il nous est impossible de nous laisser aller à quelque forme de désespérance : notre Dieu est avec nous. 

            Pour vivre pleinement ce relèvement et ce nouveau départ, lors de notre journée de rentrée paroissiale, nous célébrerons les baptêmes de nos trois catéchumènes : Nadia, Julie et Amélie, trois jeunes mamans que vous connaissez bien maintenant. Célébrer leur baptême le jour de notre rentrée, ce n’est pas d’abord une opportunité d’agenda. C’est surtout un acte de foi. Le baptême, notre baptême est le sacrement de la nouvelle naissance, du nouveau départ ; le sacrement du relèvement. C’est notre trésor commun et notre bien le plus précieux : le Seigneur nous a tirés de l’eau, il nous a relevés et nous fait vivre de sa vie.

          Vous savez probablement que « relèvement » est la traduction littérale de l’un des mots qui expriment la résurrection de Jésus dans l’Évangile. « Il s’est relevé ! ». Avec nos trois nouvelles sœurs, dimanche prochain, nous allons être plongés dans l’eau de notre baptême afin d’être, nous aussi, relevés, tirés de l’eau, ressuscités ! Nous allons les accompagner dans ce passage qui contient en lui le mystère de toute notre vie. Quoi qu’il en soit des égratignures et des genoux cabossés. En Jésus, nous sommes relevés ! 

 Père Pierre-Alain Lejeune

Source photo : 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+