469 - Allez à ma vigne !

Allez à ma vigne, vous aussi,
et je vous donnerai ce qui est juste.

(Matthieu 20, 4)

L'édito du 20 septembre 2020

          La parabole que nous entendons ce dimanche - bien connue sous le nom des « ouvriers de la dernière heure » - vient profondément bouleverser notre échelle de valeurs. La justice des hommes, c’est que chacun reçoive selon son mérite. La justice de Dieu, c’est que chacun reçoive tout ! C’est une justice de l’excès où ce qui est au centre ce n’est pas le mérite de l’homme mais la bonté de Dieu.

          Cette parabole pourrait nous aider à relire nos engagements en Église. Nous recherchons tous et toujours un « salaire » sous quelque forme que ce soit : ne serait-ce que la reconnaissance ou la joie de voir les fruits de notre travail. Nous avons besoin d’être « payés » en retour : c’est humain et c’est plutôt sain. Mais Jésus nous assure qu’à la fin, nous serons comblés de toute façon, quoi qu’il en soit du travail accompli ; car Dieu ne donne pas en fonction du mérite mais simplement parce qu’il est bon !

          Pour le maître de cette vigne, c’est un grand malheur que de rester désœuvré, et au fond, les derniers arrivés dans la vigne sont les plus à plaindre pour n’avoir trouvé personne pour les embaucher depuis le début du jour. Par cette parabole Jésus nous apprend que c’est une joie de travailler à la vigne de ce maître et d’être embauché dans son Église : la joie d’être associés à l’œuvre de Dieu est en elle-même une récompense.

          Et pourtant, il y a encore tant et tant d’ouvriers désœuvrés, tant de personnes qui n’ont pas la moindre idée de ce que signifie être impliqué dans la vie de l’Église et qui restent encore dans la position du « consommateur ». Je précise qu’« être impliqué » ne signifie pas forcément « faire quelque chose » ; œuvrer pour le royaume de Dieu peut prendre de multiples formes…

          Pour cette raison, en cette rentrée, je voudrais lancer un appel à celles et ceux qui n’ont jamais reçu le sacrement de la confirmation. Nombreux sont ceux qui, pour de multiples raisons, se sont arrêtés en chemin sans aller jusqu’au bout de l'initiation chrétienne qui se déploie normalement à travers les trois sacrements que sont le baptême, la communion et la confirmation.

          Je vous propose de vous préparer tout au long de l’année, avec une équipe d’accompagnateurs, afin de recevoir le sacrement de la confirmation de la part de notre évêque, le jour de la Pentecôte 2021.

          Être confirmé, c’est découvrir sa place, quelle qu’elle soit, dans la vigne du Seigneur ; c’est recevoir sa place et la joie d’être pleinement associé à la grande aventure du peuple de Dieu. Beaucoup d’adultes n’ont jamais reçu le sacrement de la confirmation et ressemblent un peu à ces ouvriers désœuvrés : « Personne ne nous a embauchés ». Eh bien je vous l’annonce : aujourd’hui le Seigneur vous appelle à sa vigne !

 Père Pierre-Alain Lejeune

Crédit Photo : Blog Parle Seigneur ton serviteur écoute

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+