471 - La catéchèse est l’affaire de tous !

La catéchèse est la mission de toute une paroisse et de chacun de ses membres.

L'édito du 4 octobre 2020

          Après plus d’un an de réflexion et de recherche, avec l’équipe de coordination de la catéchèse, nous avons pris la décision de changer le parcours de catéchisme pour notre secteur pastoral. Depuis quelques décennies, la catéchèse en France a beaucoup insisté sur l’expérience personnelle de l’enfant – qui est certes essentielle – mais a un peu trop délaissé la dimension de l’apprentissage. Pour le dire autrement, nous demandions souvent aux enfants « Qui est Jésus pour toi ? » en oubliant de leur apprendre d’abord « Qui est Jésus ». Or l’initiation chrétienne passe aussi par l’apprentissage : faire le signe de croix, comprendre qui est l’Église, apprendre les gestes et les mots de la liturgie, lire la Bible, etc… C’est aussi cela entrer dans une vie chrétienne.

          Nous avons choisi un nouveau parcours de catéchèse qui a été élaboré dans le diocèse de Dijon et dont nous pensons qu’il répondra mieux à ces attentes. Avec ce nouveau parcours, les rencontres de catéchisme (école primaire) deviennent hebdomadaires et le parcours de catéchèse ne s’arrête plus à la fin de l’école mais continue à l’âge du collège, du lycée et même après.

          Vous vous demandez peut-être pourquoi je consacre un édito paroissial à ce thème ? La réponse est simple : la catéchèse des enfants est de la responsabilité de tous les baptisés et donc aussi la vôtre. Nous avons pris la mauvaise habitude de déléguer la catéchèse à quelques spécialistes : catéchistes ou prêtres. Ce qui, soit dit en passant, conforte certains dans leur léthargie spirituelle, estimant sans doute qu’ils en ont fait assez…

          Eh bien non ! La catéchèse est la mission de toute une paroisse et de chacun de ses membres. En cela, permettez-moi une remarque que certains qualifieront peut-être de remontrance - mais c’est aussi cela le rôle du pasteur - : il ne me semble pas normal que, lorsqu’on annonce des baptêmes ou des premières communions lors d’une messe dominicale, la grande majorité des paroissiens fuient pour se rendre à la messe dans une autre église. Et l’on se retrouve avec une assemblée constituée essentiellement de familles invitées pour l’occasion ne connaissant ni les chants, ni les gestes et les paroles de la liturgie. Et le prêtre se retrouve un peu seul, avec quelques paroissiens rescapés, à ramer pour que la liturgie soit quelque peu porteuse pour ces gens qui viennent si rarement. Mais où est donc passée l’assemblée dominicale habituelle qui devrait être là plus que jamais ?

          Je n’ignore pas qu’en ce moment l’argument sanitaire peut jouer : nous ne voulons pas nous retrouver trop nombreux dans la même église. Certes… Mais avouons honnêtement que cette habitude ne date pas d’aujourd’hui et qu’il y a d’autres raisons qui semblent l’expliquer : « la messe va durer plus longtemps, il va y avoir un peu de pagaille… ». Or ce sont précisément ces messes-là que nous devrions rejoindre plus encore afin de porter par notre prière ces enfants et ces familles. C’est toute l’assemblée qui se fait catéchiste dans ces moments-là ! Ou bien avons-nous totalement oublié que par notre baptême, nous sommes devenus responsables de l’annonce de l’Évangile ? La catéchèse est l’affaire de tous les baptisés et non de quelques spécialistes et la liturgie en est le premier lieu ! Si nous fuyons lorsque nous est donnée une occasion d’annoncer le Christ, sous prétexte que nous sommes dérangés dans nos habitudes, qu’est-ce que cela trahit de notre foi et de notre souci de l’Église ? Nous ne devrions pas venir à la messe d’abord pour nous-mêmes ou pour nous faire du bien mais pour apporter notre pierre à la prière de l’Église qui porte le monde. Il est bon de se rappeler cela en ce début de mois d’octobre qui est traditionnellement dans l’Église le mois de la Mission.

          Ce dimanche 4 octobre, trois adultes font leur entrée en catéchuménat lors de la messe de 11h : Sarra, Galaad et Nolwenn. Leur baptême est prévu pour Pâques. J’invite chacun de vous à les accueillir comme des frères et des sœurs, à les connaître et à les reconnaître, à les porter dans sa prière et à se considérer responsable de leur initiation à la vie en Christ. C’est alors que nous pourrons vraiment dire que nous devenons membres les uns des autres, membres du corps du Christ annonçant l’Évangile au monde. Nous sommes tous catéchistes ! 

Père Pierre Alain Lejeune

Crédits Photo :  Le Bon Combat

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+