Témoigner par amour

Malheur à moi si je n'annonçais pas l'Evangile !

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Saint Paul nous livre ce qui le brûle intérieurement : «  Malheur à moi si je n'annonçais pas l'Evangile ! ». Après sa rencontre avec Jésus sur le chemin de Damas, l’annonce du Christ devint toute sa vie. Et de fait, nous devrions tous brûler du même feu. La rencontre avec le Dieu de Vie ne peut pas nous laisser tièdes, sans cet élan profond, sans ce désir de partager la joie d'un tel amour.

 

Nous sommes souvent bien craintifs lorsqu'il s'agit de témoigner ; souvent par peur de tomber dans une sorte de prosélytisme déplacé. Or, annoncer l'Evangile, ce n'est jamais chercher à convaincre l'autre, à l'attirer vers soi ; mais c'est rayonner de la joie de croire en un tel Sauveur ! Benoît XVI disait : « L'Eglise ne grandit pas par prosélytisme mais par attraction ». D'ailleurs dans l'Evangile le verbe « convertir » est toujours employé dans sa forme pronominale ; il ne s'agit jamais de convertir les autres mais toujours de se convertir soi-même. Annoncer l'Evangile implique toujours un profond travail intérieur, une conversion permanente.

 

Il y a quelques jours a été publié le décret de béatification de plusieurs religieux d'Algérie dont les moines de Thibirine qui furent assassinés en 1996. L’Église reconnaît ainsi officiellement qu'ils moururent en martyrs. Etymologiquement, « martyr » signifie « témoin ». Dans l'Algérie en proie à la guerre civile, pris en étau entre un pouvoir violent et les djihadistes, ces hommes ont décidé de rester, sachant bien le risque qu'ils couraient, par amour pour ce peuple. Car, disaient-ils, « on n'abandonne pas ses amis dans l'épreuve ».  S'ils sont restés, c'est par amour pour le peuple algérien et leurs amis musulmans qui subissaient cette guerre, témoignant ainsi du Christ bon pasteur qui ne s'enfuit pas quand vient le loup. Objectivement ils n'ont « converti » personne mais par amour pour leurs frères, ils ont vécu dans leur chair la passion de Jésus et ont témoigné de cet amour qui va jusqu’à l'extrême. Par leur vie plus que par leurs paroles.

 

Le meilleur témoin de Dieu, c'est Dieu lui-même. Et le meilleur témoignage, c'est ce travail que Dieu accomplit en nous lorsque nous nous livrons réellement à son action. Comme Saint Paul, comme les moines de Thibirine et tant d'autres, c'est en nous livrant de plein cœur à ce travail intérieur de Dieu en nous que nous deviendrons nous aussi des témoins brûlants de l'Evangile !

Pierre-Alain LEJEUNE

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+